Les comportements touristiques en période de crise

Issus également de l’étude de l’ouvrage le « Marketing du Tourisme », Isabelle Frochot, Editions Dunot 2004

Les comportements face aux risques :

Pour simplifier la réflexion, on peut dire : un risque en plus = modification du processus de décision touristique. Cette situation vient du caractère non nécessaire et reportables du séjour touristique. On constate cependant que les touristes modifient plutôt leurs destinations plutôt que de ne pas partir.

Changement destination Touristique

Selon l’analyse des auteurs, les comportements des touristes sont soumis à la PERCEPTION du risque plutôt qu’à sa réalité et se décline selon de nombreuses catégories :

Risque Physique (danger pour soi)  /   Financier (Perte d’argent)     /   Fonctionnel (organisation défectueuse)

Risque d’insatisafaction/  Risque Psychologique (destinationen désaccord avec la personnalité du voyageur)

Risque social (Destination trop éloignée de son statut social)  /  Risque socio culturel (difficulté à communiquer avec les autochtones)

Une étude effectuée en Australie montre que les attaques terroristes et la guerre sont les risques qui conduisent à changer de destination, ce qui montre la prépondérance des risques physiques dans le processus de décision, surtout pour des séjours à l’étranger. Le risque d’insatisfaction, qui est l’un des seuls risques auxquels semblent soumises nos destinations touristiques, du fait du maque de neige; les autres facteurs semblennt donc à relativiser.

Face aux crises (en général liées à la sécurité), la tendance est donc au raccourcissement des séjours et à un départ vers une destination plus proche. Cependant, les touristes n’annulent pas leur séjour mais lesvoyages-derniere-minute-11 transferts vers des destinations proches et assez similaires. Egalement, et même si cette tendance ne crée pas des flux aussi conséquents qu’avant les crises, le tourisme solidaire tend à se développer vers des destinations touchées par une crise.

Egalement, face aux crises, on constate l’augmentation des ventes de dernière minute

La familiarité avec la destination :

Un touriste qui a déjà fréquenté une destination évaluera avec plus de recul et de discernement les informations de crise divulguées, et sera en général moins sensible qu’un primo visiteur.

L’influence des facteurs socio économiques :

Plus un individu a un haut niveau d’éducation et de hauts revenus, et moins il est sensible au risque. Au contraire, plus il vieillit et plus il y est sensible.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s