Introduction aux principes de gestion de crise dans le tourisme

Cet article est issu de l’étude de l’ouvrage «  le Marketing du Tourisme » par Isabelle Frochot , Maître de Conférences à l’université de Savoie, directrice du Master en Management des destinations touristiques et Patrick Legoherel , maître de conférences à l’université d’ Angers. Responsable des Masters Communication touristique et Revenue Management.

J’ai particulièrement étudié le 10eme chapitre, qui concerne les stratégies de gestion de crise.

En général, il faut savoir que de part ses caractéristiques (non vital, non nécessaire, contemporain des sociétés occidentales de consommation), l’industrie touristiques est selon les mots des auteurs  celle « qui présente les plus fortes expositions aux crises de toutes sortes ».  Le tourisme est particulièrement sensible aux impacts climatiques.

La sensibilité des populations touristiques selon la crise :

Les flux touristiques sont particulièrement sensibles aux situations de crise sur le long terme, en particulier quand cela à attrait à la sécurité, comme pour l’Irak depuis le début des années 2000 et les conflits comme la Serbie de 1991 à 1995.

Les crises de court termes (tremblement de Terre, attentat) ont aussi des conséquences très négatives mais sur des durées plus courtes. En général ces crises se résolvent rapidement et on retrouve une fréquentation normale en assez peu de temps (1 ou 2 ans).

Crise tourisme chute fréquentation
Crise tourisme chute fréquentation

On peut dire que la montagne souffre de maux différents, plus structurels et moins catastrophiques, faisant baisser de manière progressive les flux de visiteurs. Comme le rapporte les auteurs « La nature de la crise explique l’essentiel des impacts observés, le climat économique venant tempérer ou aggraver les effets ». Dans le cas de la montagne actuellement, la situation ne vient pas soutenir la fréquentation, d’autant plus que les séjours à la montagne restent chers et réservés à une clientèle de privilégiés.

Dans le cas de l’insécurité, LA SURMEDIATISATION d’un évènement peut amener à une désertion des touristes, même si la situation réelle ne vérifie pas l’évènement ; la Floride s’est vue déserté en 1993, après l’assassinat de 9 touristes, alors que la criminalité globale n’ y est pas plus importante que la normale.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s