L’avenir incertain de l’enneigement

L’enneigement semble être la condition sine qua non qui détermine la réussite d’une saison en station. Malheureusement, au vu du réchauffement climatique qui touche la planète, l’enneigement n’est plus une variable qui semble aussi certaine que dans les années d’or des « Usine à Ski » et de développement sans fin des stations.

Vous trouverez ci-dessous un résumé de l’étude gouvernementale du ministère du tourisme (Rapport de 2007) concernant le réchauffement climatique et ses conséquences (Je me suis attaché a aborder simplement le chapitre de l’enneigement).

Les courbes d’enneigement sont actuellement plus basses que dans les années 1970-1980. L’enneigement hivernal a été écourté de 20 à 50 % selon les massifs. Dans le cas d’un doublement de la teneur en CO2 de l’atmosphère, et d’une augmentation de la température moyenne de 2°C, les chercheurs prévoient les éléments suivants (d’autres scénarios sont plus péssimistes:

Au dessus de 2500 mètres, l’enneigement est légèrement retardé et la fonte un peu plus  rapide   (une    douzaine   de   jours   d’enneigement   en   moins).   On   note   une   petite diminution de l’épaisseur du manteau neigeux. Ce faible impact est lié aux basses températures, à cette altitude qui font que le manteau neigeux résiste bien.enneigement-aravis

Ces conditions de températures s’estompent plus bas pour voir leur effets disparaître vers 1800 mètres, et l’impact devient alors beaucoup plus important. A 1500 mètres, le nombre de journées avec de la neige au sol diminue d’un mois passant de 5 à 4 mois dans les Alpes du Nord et de 3 à 2 mois dans les Alpes du Sud et les Pyrénées. Ainsi, à cette altitude, l’épaisseur du manteau neigeux diminue de 40 cm dans les Alpes du Nord.

Comme un réchauffement de 2°C ne constitue pas la borne supérieure de ce à quoi on peut  être   confronté,   il   est   intéressant   de   se   pencher   sur   ce   qui   pourrait   devenir   avec   une augmentation de 3°C ou plus.   A 1200 mètres, l’enneigement déjà très faible avec un réchauffement de 2°C ne serait pas sensiblement modifié. Les conditions pour les sports d’hiver ne seraient plus réunies à part pour des pratiques très épisodiques de ski de fond comme c’est le cas actuellement dans le Limousin. Aux   altitudes de 1500-1800 mètres, le manteau neigeux qui   reste significatif,  en particulier dans les Alpes du Nord, avec un réchauffement de 2°C est fortement réduit. Les stations à cette altitude auraient des difficultés considérables à trouver un équilibre économique. A 2000 mètres, la baisse de l’enneigement deviendrait sensible. Au delà des 2000 mètres, on s’attend à une diminution des jours d’enneigement (une douzaine).

Les   solutions   avancées   pour   le   tourisme   seraient   une   diversification   de   l’offre (randonnées et autres activités hors ski) dans  une  logique  de précaution  mais le problème  de   reconversion   des  stations  de   moyenne   montagne  subsiste   (Pyrénées, Vosges, Jura, Massif  Central). Cette situation  devrait créer une situation de crise pour l’avenir économique des sports d’hiver selon les différents types de stations françaises… (Cf Schéma)

Enneigement aujourd'hui et demain France copie

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s